Annexe 9 -Rapport des vérificatrices des comptes

par Jacques

Annie Roger et Victoria Melgar
Vérificatrices aux comptes de l’Association
La Courtine 1917

VERIFICATIONS DES COMPTES DE L’ANNEE 2017

L’exceptionnelle initiative que nous avions prise en 2016 de commémorer en 2017 le centenaire de la mutinerie des soldats russes à la Courtine, a requis un travail non moins exceptionnel de la part des membres du Conseil d’administration, du bureau et de tous les adhérents qui avant, pendant et après ont participé à l’organisation de ces trois journées de commémoration.

Nous devons dire, que nous sommes admiratives de la masse de travail réalisé par le trésorier, dans sa complexité et surtout l’amas de pièces comptables qu’il a du traiter : subventions, donations, ventes diverses, encaissements des chèques et le payement d’abondantes factures diverses et variées.

Pour ce qui nous concerne, nous nous sommes réunies pendant deux journées pour réaliser la vérification des comptes.

Notre lecture de deux journées de vérification de comptes nous permet d’affirmer que :

* le livre de comptes est clair
* le cahier de pièces est rigoureux
* les deux se complètent parfaitement

C’est pourquoi nous vous recommandons de voter le quitus au trésorier.

Cependant sans vouloir jouer un rôle qui n’est pas le nôtre, nous considérons nécessaire de souligner quelques détails de la complexité du travail accompli par le trésorier même si dans le rapport d’activité, certainement seront signalés ces détails d’une façon ou d’une autre.

Il faut savoir que depuis le début de la préparation des journées de la commémoration il a dû comptabiliser un nombre très important de rentrées d’argent fruit de la vente de nos publications et produit dérivés lors des multiples initiatives que nous avons organisées ou proposées afin de sensibiliser un public que nous voulions nombreux en septembre à la Courtine, donc autant de « caisses » ; sans oublier, par exemple, la vente/expédition par correspondance de nos publications…, ou l’encaissement des centaines des chèques et d’argent, tantôt pour les réservations du cabaret ou des spectacles…

Et pendant les 3 Journées à La Courtine il a fallu avoir quatre « caisses » : pour la billetterie et réservations pour le cabaret ; la « boutique » de notre association ; le bar/frites/saucisses ; la quatrième était celle de La librairie qui fut installée dans une salle près de l’entrée du parc de la Mairie.

- Le 16 septembre, dans la Salle Polyvalente en plus des caisses déjà mentionnées, il y a eu pendant toute la journée du Colloque, au fond de la salle la vente des ouvrages des historiens que pour certains, nous avons du gérée.
- Le dimanche 17 septembre, par contre au marché des producteurs locaux, ce sont ces derniers qui ont assumé la restauration à leur compte, sans aucun encaissement pour LC1917.

Nous observons que le panachage de toutes ces opérations, à première vue, rend la clarté peu aisée par poste et renforce notre admiration pour le travail du trésorier.

Par ailleurs, nous avons constaté que les recettes du bar/restaurant étaient loin de nos attentes avec 1239,30€ vu le nombre important de participants aux trois journées (2800 personnes). La mauvaise météo est certainement la principale explication et peut-être aussi les conditions d’organisation.

Annie Roger et Victoria Melgar
Rochechouart le 26 mars et 1e 1er avril 2018