Bandeau
La Courtine 1917
Lumière sur les évènements survenus en 1917

Site de l’association La Courtine 1917 .À la mémoire des 10300 soldats russes de la première brigade internés au camp de La Courtine du 26 juinau 19 septembre 1917 . Ils y furent militairement réprimés , eux qui s’étaient mutinés contre la poursuite de la guerre , exigeant leur rapatriement en Russie révolutionnaire .

Enseigner le pacifisme (1)
Article mis en ligne le 17 juillet 2014
dernière modification le 16 novembre 2014

par Christophe
logo imprimer

ou Comment enseigner une vision « pacifiste » des conflits ?

Un article de Michel Patinaud :

Lors de la réunion tenue à La Courtine le 21 juin 2014, une question essentielle a été évoquée : comment faire (mieux) connaître le phénomène du pacifisme et des mutineries - ou lui donner une (juste) place – dans l’enseignement de l’Histoire ? J’ajouterai : comment faire que cette question ne soit plus « un détail » (ouh le vilain !) aux yeux des enseignants ? A travers les lignes qui suivent, je souhaite donner quelques informations et proposer une démarche.
L’enseignement historique a pâti depuis des décennies des restrictions horaires d’une part, des bouleversements assez réguliers des programmes, d’autre part. Ce contexte fait que les profs sont très souvent découragés par l’ampleur de la tâche, ne sachant plus toujours où « donner de la tête ». En fait, qu’en est-il des programmes actuels intégrant la guerre de 14-18 ? En classe de 3ème tout d’abord, mais aussi en 1ère, ce thème se trouve en début d’année, ce qui permet aux enseignants une approche plus sereine, tant il est vrai que les programmes sont devenus « infaisables » dans leur totalité. Ceci veut dire clairement que le premier conflit mondial ne peut et ne doit pas être « sacrifié ». Mais encore ? Pour simplifier, l’étude de la question s’organise autour de deux grands thèmes :
en 3ème, le concept de « violence de masse »
en 1ère, celui de « guerre totale ».

Nathan place un poilu sur la couverture .

Différents documents officiels d’accompagnement « proposent » - c’est bien le terme – différentes approches.
Je crois que jamais dans l’histoire de l’enseignement l’appel au libre arbitre des profs n’a été aussi grand. Il y a de quoi être optimiste, non ? En fait, il convient de tempérer quand on se rend compte que la guerre doit être traitée en un (grand) maximum de 3-4 H en 3 è et 4-5 H en 1ère (évaluations comprises, incluant origines et conséquences !). Et franchement, là, tout s’écroule ! Alors, il faut bien faire des choix. Les enseignants y sont-ils préparés ? Sont-ils assez conscients ? Ouverts ? Courageux ? Je pense sincèrement que oui. S’avance là cependant un écueil, « à nos yeux, bien sûr ». Il s’agit de la personnalité, de la philosophie, de l’idéologie même, de l’enseignant : c’est fondamental. Selon qu’il sera patriote, pacifiste, républicain, anarchiste, miltariste même... que sais-je encore ? La place attribuée aux mutineries et leur traitement pourront-être radicalement différents. Je sens que j’en viens à vous fais peur ... Pas de quoi, c’est comme çà depuis la « nuit des temps » pédagogiques.
Un autre élément entre en ligne de compte. Les profs utilisent largement des manuels, qu’ils ont choisi bien sûr, mais pas rédigés. C’est pratique et efficace - surtout en 1ère - mais dangereux. Je dois avouer, mais j’ai quitté la fonction depuis 10 ans, que l’évolution du contenu est positive. La plupart des ouvrages proposent d’aborder le thème du pacifisme. Ainsi le Magnard 1ère contient-il un dossier intitulé « pacifistes et mutins », avec des documents de qualité.

Le manuel Magnard connait le monument de Gentioux

Vient enfin une autre question : les profs en « savent-ils assez » sur les mutineries ? Et notamment celle de La Courtine ? Je dois dire que si la réponse était non, ça serait à désespérer. Il me semble que les sources sont maintenant nombreuses et fiables : ouvrages, articles, littérature ... et films ! Si un prof n’est pas capable d’y trouver ce qu’il cherche, il vaut mieux démissionner. Restent deux grandes inconnues : la conscience et la motivation ? Nous avons là quelque chose à faire : beaucoup plus que des initiatives « officielles », qui seraient des coups d’épée dans l’eau, nous pouvons proposer ici une conférence, là une projection, des débats. Pas forcément avec les élèves, encore que ... mais avec les futurs enseignants sûrement. C’est-à-dire dans un cadre universitaire.
Puis-je proposer un remède ? Sûrement pas une potion magique en tout cas, de la part d’un pacifiste qui n’est a priori pas le plus objectif (à voir !) Une expérience seulement, j’en reparlerai. Je crois beaucoup plus à la vertu des visites, des rencontres, des exposés, du cinéma et du travail inter-disciplinaire (avec les profs de français et de langues notamment). Face à l’efficacité du verbiage et des cours magistraux, qui s’estompe vite, les premiers marquent en général une vie.

... [à suivre]


Livres sur le sujet :

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko de Rémi Adam

Paru le 30 octobre 2014 :

« Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko » (...)

« Faits divers » d’Henri BARBUSSE

Publié en Février 1928 aux éditions Flammarion .

Dans ce recueil, figure un (...)

De Russie en Occident, échos d’une vie , L. Weber-Bauler.

« Échos d’une vie - De Russie en Occident »

de Léon Nikola Evitch (...)

Le temps retrouvé du soldat russe Anissim Ilitch Otmakhov

France 1916 - 1920

Afin de donner au lecteur un récit plus agréable à (...)

Le « camarade rousky » de Jean Giono

Un article de Michel Patinaud

Dans sa nouvelle peu connue « Ivan (...)

Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine

Parayre (Régis) : « Creuse 1917, Histoire du soviet de La Courtine », (...)

14-18 les refus de la guerre d’André Loez

André Loez : 14-18 les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, (...)

Les carnets de Stéphane Gavrilenko

« Les carnets de Stéphane Gavrilenko. Un soldat russe sur le front de (...)

La première guerre mondiale de Pierre Renouvin .

Il s"agit du "Que sais-je ?" N° 326 .P U F .

Ma Vie de Léon Trotsky

Rieder, 1934. 256 pages

Dix jours qui ébranlèrent le monde .

De John Reed .EDITIONS SOCIALES, 1958. 381 pages .

La Grande Guerre de Pierre Miquel .

Paru en 2008 aux éditions Fayard dans la collection Histoire (...)

With Snow on Their Boots

The Tragic Odyssey of the Russian Expeditionary Force in France During (...)

Héros et mutins : les soldats russes sur le front français 1916-1918

Présenté par Eric Deroo et Gérard Gorokhoff , Gallimard-DMPA, 2010 (...)

1917, la révolte des soldats russes en France

De Rémi Adam , 2007 Éditions lbc , collection Histoire .

Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999)

De Nicolas Offenstadt , Paris : Odile Jacob , 2000 .

Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918

Préface de Rémy Cazals, première édition : Maspero, 1978 ; rééditions Éditions (...)

 Les Mutineries de 1917

De Guy Pedroncini , Publications de La Sorbonne ,1967 .

Les damnés de la guerre .

Les crimes de la justice militaire (1914-1918) .

De Roger Monclin , (...)

La Mutinerie De La Courtine. Les Régiments Russes Révoltés En 1917 Au Centre De La France. de Poitevin Pierre

Auteur : POITEVIN PIERRE

Editeur : Payot

Parution : 01/01/1938

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

de Rémi Adam .

HISTOIRE DES SOLDATS RUSSES EN FRANCE 1915-1920

Les (...)

Dans la même rubrique



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.44